Les Règles Légales de l’Excommunication d’un Individu Précis.

Publié le par annonym

Les Règles Légales de l’Excommunication d’un Individu Précis.
 
Par le savant du hadîth, l'érudit ‘Abdallah ibn ‘Abder-Rahmân As-Sa‘d
 
 
بسم الله الرحمن الرحيم
و به نستعين و لا حول و لا قوّة إلا بالله العلي العظيم
 
Question :
Quelles sont les règles légales de l’excommunication d’un individu précis ?
 
Réponse :
Je dis, et c’est par Allah qu’arrive la réussite, qu’il ne fait aucun doute que cette question est une grande et importante question dans laquelle les gens sont entre deux extrêmes et un juste milieu.
 
Nous avons d’abord la méthode des khawârij : qui sont d’avis qu’on excommunie celui qui commet des péchés, alors que ni le Coran ni la Sounnah ne parle de son excommunication. Comme par exemple, excommunier pour certains grands péchés tel l’adultère, la consommation d’alcool, ou autre du genre… Et il ne fait aucun doute que cette méthode est fausse et corrompue.
 
Et en opposition à ces derniers, il y a une autre méthode incorrecte qui est celle des mourji’a : qui sont d’avis qu’on n’excommunie pas un individu précis. Ou alors, ils disent qu’il ne devient mécréant que s’il rejette dans son cœur. Ils sont alors d’avis qu’il n’est pas possible qu’il y ait de la mécréance dans les actes. Il ne fait également aucun doute que cette méthode est fausse.
 
La méthode correct est que ce nous indiquent le Livre d’Allah et la sounnah de Son messager –salla llahou ‘alayhi wa sallam- : Ce qui nous est indiqué être une mécréance est alors une mécréance, et ce qui n’est pas indiqué comme tel n’est alors pas une mécréance. Après quoi, les textes du Coran et de la sounnah dans lesquels il y a nomination de la mécréance sur quiconque fait tel acte ou sur quiconque abandonne cela est de deux types :
 
-         Soit l’excommunication d’une généralité, dans le sens où il faudra impérativement qu’il n’y ait aucun élément qui empêche l’excommunication de celui qui commet une tel chose, et qu’il y ait toutes les conditions pour le juger mécréant.
 
-         Soit les textes qui excommunient l’individu précis pour quiconque commet tel ou tel chose et pour lesquels la preuve lui est fondamentalement établie. Exemple de cela : Un homme qui se moque de la religion et insulte le Seigneur des mondes, -qu’Allah nous protège- il ne fait aucun doute que c’est une mécréance, comme c’était le cas des trois qui se moquèrent, sur qui Allah ‘Azza wa djalla dit : « Ne vous excusez pas, vous avez bel et bien mécru après avoir eu la foi » (sourate 9 verset 66) Et également celui qui abandonne la prière alors qu’il vit parmi les musulmans, il ne fait aucun doute qu’on le juge mécréant. Et aussi celui qui invoque les mort ou demande leur assistance ou cherche refuge auprès d’eux alors qu’il vit parmi les musulmans, une telle personne est jugée mécréante car la preuve lui est fondamentalement établie. Les indications du Coran et de la sounnah sont une preuve contre lui dans ces choses là. Pour les règles légales de cela, c’est la même chose : c’est ce qui est venu dans le Coran et la sounnah et ce qu’indiquent les textes comme mécréance de celui qui fait cette chose, ou qui commet cette violation de l’islam ou une autre… Pour les détailles de cette question, il faut revenir aux livres des gens de science.
 
Source : Question posée au cheykh par courrier, question 7
Traduit par Abou Al Hassan 'Abdallah Al Bajîkî.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article