Il appela au monothéisme durant dix ans

Publié le par Ibn Baz

Il appela au monothéisme durant dix ans[1], après quoi il fut monté au ciel[2], et il lui fut prescrit les cinq prières, il pria à la Meque durant trois ans, puis il fit émigration à Médine.[3]
 
L’émigration, c’est le faite de déménager d’un pays de polythéisme vers un pays d’islam. Et l’émigration est une obligation pour cette communauté et demeurera jusqu'à ce que l’heure vienne, et cela est indiqué par le verset :
« 97. Ceux qui ont fait du tort à eux-mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant: «Où en étiez-vous?» (à propos de votre religion) - «Nous étions impuissants sur terre», dirent-ils. Alors les Anges diront: «La terre d’Allah n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer?» Voilà bien ceux dont le refuge est l’Enfer. Et quelle mauvaise destination! 98. A l’exception des impuissants: hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie: 99. A ceux-là, il se peut qu’Allah donne le pardon. Allah est Clément et Pardonneur. » (sourate 4)
 
Et la parole d’Allah : « Ô Mes serviteurs qui avaient cru! Ma terre est bien vaste. Adorez-Moi donc! » (sourate 29 verset 56)
 
L’imam Al Baghaouî, qu’Allah lui fasse miséricorde, dit : « La raison pour laquelle fut révélé ce verset sont les musulmans de la Meque, qui n’émigrèrent pas, Allah les appela au nom de la foi. »
 

Et l’indication de l’émigration dans la sounnah, la parole du messager -salla llahou ‘alayhi wa sallam- : « L’émigration ne cessera que lorsque le repentire cessera. Et le repentire ne cessera pas, jusqu'à ce que le soleil se lève à son couchant. »



[1] Il appela au monothéisme durant dix ans, prêchant les gens au monothéisme et les mettant en garde contre le polythéisme, ordonnant l’abolition de l’adoration d’autre qu’Allah soubhânah, et l’abandon de l’adoration des statues et des idoles, et leur ordonnant d’adorer Allah exclusivement dans leurs invocations, leurs vœux, leurs sacrifices etc…
 
[2] Après ces dix années, il fut monté au ciel –salla llahou ‘alayhi wa sallam- avec Jibrîl. Les portes des cieux lui furent ouverts jusqu’à un niveau élevé au-dessus du septième ciel, au point qu’il put entendre le grincement des plumes écrivant sur les plaques. Ensuite, Allah l’appela, djalla wa ‘alâ et lui adressa la parole, Il lui ordonna cinq prières. Au départ, Il lui ordonna cinquante prières, mais le prophète Lui demanda d’alléger cela jusqu’à ce qu’Allah en fasse cinq prières.
 
Allah soubhânah dit : « Un nombre de cinq prières, mais écrites comme étant cinquante dans le livre de base. » Quiconque reste constant dans l’accomplissement de ces cinq prières, il aura la récompense de cinquante, la récompense est donc multipliée par dix.
 
Il redescendit avec ces prescriptions -‘alayhi salât wa salâm- la prière fut établie à raison de cinq prières répartie le jour et la nuit, les prières de : Dhouhr, ‘Açr, Maghrib, ‘Ichâ’ et Fajr. Il les pria à la Meque durant trois ans, avant que l’émigration ne lui soit ordonnée.
 
[3] Ensuite, il émigra à Médine, lorsque l’oppression des qouraychites  envers lui et ses compagnons s’aggrava, Allah lui autorisa d’émigrer de la Meque, dû aux injustices et oppressions des qouraychite, vers Médine et les Ançâr. Ils lui prêtèrent serment d’allégeance pendant la saison du pèlerinage, ils lui prêtèrent serment d’émigrer avec lui et de le secourir, Allah les agréa et en fut satisfait. Une foi que le serment d’allégeance fut prêté, Allah leur permit d’émigrer. Certains compagnons avaient émigré en Abyssinie avant cela, et demeurèrent chez le roi Najâchi un certain temps. Ceux qui restaient à la Meque émigrèrent alors à Médine, et une foi qu’ils y furent établis, ceux qui étaient en Abyssinie les rejoignirent et s’établirent tous à Médine, louange à Allah.

Publié dans Livres et Traités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article