Charh Qawaed Arbea

Publié le par Rajihi

  • La troisième règle : c’est que le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- est apparut chez des gens dont les cultes divergeaient : il y en avait qui adoraient les anges, d’autres les prophètes et les pieux, d’autres les pierres et les arbres, d’autres le soleil et la lune. Malgré cela, le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- les combattit tous sans distinction. Ceci est indiqué par la parole d’Allah ta‘âlâ : « Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et que la religion soit entièrement à Allah seul. » (sourate 2 verset 193)
 
Et l’indication qu’il y en avait qui adoraient le soleil et la lune est la parole d’Allah ta‘âlâ : « Parmi Ses merveilles, il y a la nuit, le jour, le soleil et la lune: ne vous prosternez ni devant le soleil, ni devant la lune, mais prosternez-vous devant Allah qui les a créés, si c’est Lui que vous adorez » (sourate 41 verset 37)
 
Et l’indication qu’il y en avait qui adoraient les anges est la parole d’Allah ta‘âlâ : « Et il ne va pas vous commander de prendre pour seigneurs anges et prophètes. » (sourate 3 verset 80)
 
Et l’indication qu’il y en avait qui adoraient les prophètes est la parole d’Allah : « Rappelle-leur le moment où Allah dira : «Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens: «Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d’Allah?» Il dira: «Gloire et pureté à Toi! Il ne m’appartient pas de déclarer ce que je n’ai pas le droit de dire! Si je l’avais dit, Tu l’aurais su, certes. Tu sais ce qu’il y a en moi, et je ne sais pas ce qu’il y a en Toi. Tu es, en vérité, le grand connaisseur de tout ce qui est inconnu. » (sourate 5 verset 116)
 
Et l’indication qu’il y en avait qui adoraient les personnes pieuses est la parole d’Allah : « Ceux qu’ils invoquent, cherchent eux-mêmes, à qui mieux, le moyen de se rapprocher le plus de leur Seigneur. Ils espèrent Sa miséricorde et craignent Son châtiment. » (sourate 17 verset 57)
 
Et l’indication qu’il y en avait qui adoraient les pierres et les arbres est la parole d’Allah : « 19. Que vous en semble des divinités, Lāt et Uuzzā 20. ainsi que Manāt, cette troisième autre ? » (sourate 53)
 

Et le hadîth d’Abî Wâqid Al-Laythî qu’Allah l’agrée, qui dit : « Nous sortîmes avec le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- pour Hounayn, alors que nous nous étions convertis depuis peu de temps. Les polythéistes avaient un jujubier auprès duquel ils se recueillaient et auquel ils accrochaient leurs armes, qu’on appelait « dhât al anwât ». Nous passâmes auprès d’un arbre et dîmes : « Ô messager d’Allah ! Donne nous un dhât al anwât tout comme eux en ont un ! Le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- dit alors : « .Par Celui qui détient mon âme dans Sa main, vous parler comme l’ont fait les fils d’Israël à Mousâ « 138 Ils passèrent auprès d'un peuple attaché à ses idoles et dirent: « Ô Moïse, désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux. » Il dit: "Vous êtes certes des gens ignorants. 139 Le culte, auquel ceux-là s'adonnent, est caduc; et tout ce qu'ils font est nul et sans valeur. » 140 Il dit: « Chercherai-je pour vous une autre divinité qu'Allah, alors que c'est Lui qui vous a préférés à toutes les créatures? » (sourate 7)[1]



[1] En effet, la troisième règle par laquelle on distingue le polythéiste du croyant monothéiste, c’est qu’Allah envoya le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- qui fit apparition chez des polythéistes qui avaient différents objets de cultes, et avaient divers sortes d’adorations. Il y avait parmi eux ceux qui adoraient le soleil, d’autres la lune, d’autres les arbres et les pierres, d’autres les anges, d’autres les gens pieux, d’autres les anges et les prophètes… Le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- les taxa tous de mécréants sans faire de distinction entre eux, il les considéra tous mécréants. Pas de différence entre celui qui adore un arbre ou autre… C’est un mécréant. Et il les combattit tous et désacralisa leur sang et leurs biens.
 
Celui qui adore les anges est un mécréant, celui qui adore les pieux est un mécréant, celui qui adore les prophètes est un mécréant… Le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- les taxa tous, tous, tous de mécréant sans faire de différence entre eux. Cela est indiqué par la parole d’Allah « Et combattez-les jusqu'à ce qu'il ne subsiste plus de trouble, et que la religion soit entièrement à Allah. » (sourate 8 verset 39) « de trouble » c’est à dire : de polythéisme. Et combattez-les jusqu'à ce qu'il ne subsiste plus de trouble c’est à dire : jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de polythéisme, jusqu’à ce que cesse le polythéisme et que vienne le monothéisme. Une foi que le monothéisme est là, le combat cesse. Et « Et combattez-les » persistez à les combattre jusqu’à ce que parte le polythéisme, jusqu'à ce qu'il ne subsiste plus de trouble, jusqu’à ce que disparaisse le polythéisme, et que vienne le monothéisme. « …Et que la religion soit entièrement à Allah » ceci est le monothéisme. « Et combattez-les jusqu'à ce qu'il ne subsiste plus de trouble, et que la religion soit entièrement à Allah. »
 
C’est pour ça que le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- combattit celui qui adorait les arbres, celui qui adorait les pierres, celui qui adorait les pieux, celui qui adorait les anges, celui qui adorait le soleil, celui qui adorait la lune, et désacralisa leur sang et leurs biens, il les considéra tous, tous, tous mécréants, idolâtres, et désacralisa leurs biens et leur sang, il n’y a aucune différence entre eux.
 
Cette règle est donc que tu saches que tout personne qui adore autre qu’Allah est un idolâtre, et qu’il n’y a pas de différence entre celui qui adore un prophète, ou qui adore un pieux ou un messager ou un arbre ou une pierre ou un démon ou une idole ou quoi que ce soit comme objet de culte en dehors d’Allah, tout ceci est du polythéisme. Il faut vraiment que l’adoration soit pour Allah, le monothéisme est le droit d’Allah, on ne le dévie pas à quoi que ce soit d’autre qu’Allah.
 
Donc, le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- fut envoyé par Allah et apparu à des gens polythéistes qui avaient divers objets de culte. Malgré cela, il les considéra tous égaux dans le combat, la désacralisation de leur sang et leurs biens, les jugea mécréants et idolâtres. Ensuite, l’auteur cita des preuves indiquant cela :
 
La preuve indiquant qu’au temps du prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- il y avait des gens qui adoraient le soleil et la lune est la parole d’Allah ta‘âlâ : « Parmi Ses merveilles, il y a la nuit, le jour, le soleil et la lune: ne vous prosternez ni devant le soleil, ni devant la lune, mais prosternez-vous devant Allah qui les a créés, si c’est Lui que vous adorez. » Il interdit de les adorer, « mais prosternez-vous devant Allah. »
 
Et la preuve indiquant qu’il y en avait qui adoraient les pieux est la parole d’Allah Soubhânah : « Dis: « Invoquez ceux que vous prétendez, (être des divinités) en dehors de Lui. Ils ne possèdent ni le moyen de dissiper votre malheur ni de le détourner. » » (sourate 17 verset 56) Ceux que vous invoquez en dehors de Lui ne détiennent ni le moyen de dissiper le mal, de faire cesser le mal qui vous arrive, ni de le faire changer d’état. « Ceux qu'ils invoquent, cherchent (eux-mêmes), à qui mieux, le moyen de se rapprocher le plus de leur Seigneur. » (sourate 12 verset 57) C’est à dire : « Ceux que vous invoquez… » On dit que ce verset fut révélé au sujet d’un groupe de gens qui adoraient les démons. Les démons se convertirent à l’islam mais leurs adorateurs continuèrent leur polythéisme, alors Allah les informa que ceux qu’ils invoquent sont monothéistes, et vous vous restez sur votre polythéisme, ceux que vous adorez ô gens idolâtres. « Ceux qu'ils invoquent, cherchent (eux-mêmes), à qui mieux, le moyen de se rapprocher le plus de leur Seigneur. » C’est à dire : ils veulent se rapprocher d’Allah en Lui obéissant, espérant Sa miséricorde et craignant Son châtiment, « Ils espèrent Sa miséricorde et craignent Son châtiment. Le châtiment de ton Seigneur est vraiment redouté. »
 
Et la preuve indiquant qu’il y en avait qui adoraient les anges est la parole d’Allah ta‘âlâ dans la sourate « Saba’ » : « 40 Et un jour Il les rassemblera tous. Puis Il dira aux Anges: « Est-ce vous que ces gens-là adoraient? » 41 Ils diront: « Gloire à Toi! Tu es notre Allié en dehors d'eux. Ils adoraient plutôt les djinns, en qui la plupart d'entre eux croyaient. » 42 Ce jour-là donc, vous n'aurez aucun moyen pour profiter ou nuire les uns aux autres, tandis que Nous dirons aux injustes: « Goûtez au châtiment du Feu que vous traitiez de mensonge. » (sourate 34)
 
Et la preuve indiquant qu’il y en avait qui adoraient les prophètes est la parole d’Allah ta‘âlâ au sujet de ‘Îsâ –‘alayhi salât wa salâm- : « 116 Rappelle-leur le moment où Allah dira: « ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens: « Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d'Allah? » Il dira: « Gloire et pureté à Toi! Il ne m'appartient pas de déclarer ce que je n'ai pas le droit de dire! Si je l'avais dit, Tu l'aurais su, certes. Tu sais ce qu'il y a en moi, et je ne sais pas ce qu'il y a en Toi. Tu es, en vérité, le grand connaisseur de tout ce qui est inconnu. 117 Je ne leur ai dit que ce que Tu m'avais commandé, (à savoir): « Adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur ». Et je fus témoin contre eux aussi longtemps que je fus parmi eux. Puis quand Tu m'as rappelé, c'est Toi qui fus leur observateur attentif. Et Tu es témoin de toute chose. 118 Si Tu les châties, ils sont Tes serviteurs. Et si Tu leur pardonnes, c'est Toi le Puissant, le Sage. » (sourate 5)
 
Et la preuve indiquant qu’il y en avait qui adoraient les arbres et les pierres est la parole d’Allah dans sourate « An-Najm » : « 19 Que vous en semble des divinités Lât et `Ouzzâ 20 ainsi que Manât, cette troisième autre? » (sourate 53) Il s’agit de grandes statues chez les arabes à l’époque où fut envoyé le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam-. Il y avait de grandes statues, Al-Lât pour les gens de Tâ’if, c’était un homme qui pétrissait le sawîq pour les pèlerins. Le sawîq est une graine que l’ont broie et sur laquelle on verse du lait, le l’eau ou du beurre fondu. Lorsqu’il mourut, les gens se recueillirent sur sa tombe et l’adorèrent en dehors d’Allah, cet homme qui broyait le sawîq sur le rocher. On dit alors qu’Al Lât est le nom du rocher qu’ils adorèrent, et on dit aussi que c’est le nom de l’homme qui broyait le sawîq (N.T. : En arabe, broyer se dit « latta »). Nous dirons alors que Al Lâtt en insistant sur le « T » est le nom de l’homme, et Al-Lât en n’insistant pas sur le « T » est le nom du rocher qui devint une grande statue.
 
Quant à Al ‘Ouzzâ, il s’agit de l’arbre des Qouraych et de ceux qui vivaient dans les alentour. Et Manât était un édifice des habitants de Médine et des gens des alentour habitant la côte. Allah parla de ces trois grandes statues, mais il y avait beaucoup de statues, au point que chaque tribu avait sa propre statue, voire même dans chaque maison, ou même chaque personne ne pouvait se passer de statues –qu’Allah nous protège des idolâtres-. Lorsqu’un homme voulait sortir dans le désert, il ne pouvait pas sortir sans son idole pour l’adorer. Alors que faisait-il ? Il prenait des pierres qu’il utilisait pour poser sa marmite, et lorsqu’il voulait cuisiner, il prenait trois pierres et y posait la marmite, car il n’y avait pas de cuisinière à l’époque, et après il regardait les trois pierres ; il prenait la plus belle et en faisait un seigneur qu’il adorait. S’il trouvait une deuxième pierre, il jetait l’autre et adorait la nouvelle. Au point que si l’un d’entre eux ne trouvait rien, il amassait de la terre puis il trayait un mouton dessus, puis l’adorait. Certains d’entre eux prenaient un morceau de datte qu’ils adoraient, et ensuite ils la mangeaient. Voilà l’état dans lequel ils étaient, nous demandons à Allah la sérénité et la sécurité.
 
Mais ces trois grandes idoles sont Al-Lât, Al ‘Ouzzâ et Manât « 19 Que vous en semble des divinités Lât et `Ouzzâ 20 ainsi que Manât, cette troisième autre? » Et le Hadîth de Abî Wâqid Al-Laythî –qu’Allah l’agrée- : « Nous sortîmes avec le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- pour Hounayn, alors que nous nous étions convertis depuis peu de temps. » Ces compagnons étaient excusés. Il dit « Nous étions convertis depuis peu de temps » c’est à dire : la foi et le monothéisme ne s’étaient pas encore fermement établi dans nos cœurs.
 
Le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- conquit la Meque en l’an 8 de l’hégire, et lorsqu’il conquit la Meque il partit directement combattre la tribu de Hawâzin à Hounayn et prit avec lui quelques habitants de la Meque, parmi les nouveaux convertis, il y en avait à peut près 2000. Ils venaient de se convertir, et donc l’islam n’était pas bien encré dans leur cœur, ce pourquoi Abou Wâqid Al-Laythî dit «Nous sortîmes avec le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- pour Hounayn, alors que nous nous étions convertis depuis peu de temps. »
 
Ensuite il dit : « Nous passâmes auprès d’un arbre », un grand arbre des idolâtres, et virent ces idolâtres chercher bénédiction de cet arbre et y accrocher leurs armes, par espoir de les bénir.
 
Ils passèrent près d’un grand arbre des idolâtres autour duquel ils tournaient, duquel ils cherchaient bénédiction et accrochaient leurs armes. Alors ceux qui s’étaient récemment converti, Abou Wâqid et son groupe, dirent : « Ô messager d’Allah, donne-nous un arbre auprès duquel nous cherchons bénédiction comme le font ceux-là ! » Pourquoi dirent-ils ça ? Le compagnon s’expliqua : « Nous étions convertis depuis peu de temps. » Ils ne connaissaient pas le monothéisme, la foi n’était pas bien encrée dans leur cœur. Alors le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- les blâma car ils avaient demandé du polythéisme. Cependant, sont-ils tombés dans le polythéisme ? Non, ils ne sont pas tombés dedans.
 
Ce récit nous indique que lorsque l’homme veut faire du polythéisme ou qu’il demande du polythéisme, puis est réprimé et blâmé et qu’alors il s’en abstient, alors il ne tombe pas dans le polythéisme. En effet, lorsqu’ils dirent : « Ô messager d’Allah, donne-nous un jujubier afin que nous cherchions la bénédiction auprès de lui comme ceux-là le font ! » Le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- les réprima en disant : « Allah-ou Akbar ! » Le prophète -salla llahou ‘alayhi wa sallam- s’étonna de leur parole. « Vraiment c’est la même voie que celle des fils d’Isrâ’îl » c’est à dire : vous voulez suivre la même voie que celle des idolâtres qui vous ont précédé. « .Par Celui qui détient mon âme dans Sa main, vous parler comme l’ont fait les fils d’Israël à Mousâ «  Ô Moïse, désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux. »
 
C’est à dire : le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- a dit : Vos propos sont les même que ceux des fils d’Isrâ’îl envers Moûsâ. Le prophète -salla llahou ‘alayhi wa sallam- compara leur parole celle de qui ? A celle des fils d’Isrâ’îl. Cependant, est-ce qu’ils ont dit la même chose qu’eux ? Les fils d’Isrâ’îl ont dit « Ô Moïse, désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux. » Alors que les compagnons dirent au prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- : « Donne-nous un arbre afin que nous cherchions bénédiction auprès de lui ! » Est-ce que leurs propos sont les même ? Ou sont-ils différents ? Ils sont différents. Mais malgré cela le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- les jugea comparables dans le sens et le but, pas dans les termes.
 
Les fils d’Isrâ’îl dirent « Ô Moïse, désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux. » Alors les compagnons dirent au prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- « Donne-nous un arbre comme eux ont un arbre, afin que nous y cherchions la bénédiction. » L’expression est différente mais le sens est le même, car chercher la bénédiction c’est : Croire que l’on peut chercher bénédiction auprès cet arbre, croire qu’il profite ou qu’il est tout entier une bénédiction, et ceci est du polythéisme, tout comme les fils d’Isrâ’îl dirent « Donne-nous une divinité afin que nous l’adorions ! » Le sens est le même. Le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- ne parlait donc pas des termes mais du sens. Et comment considéra t’il le sens et le but de leur demande ? « Par Celui qui détient mon âme dans Sa main, vous parler comme l’ont fait les fils d’Israël à Mousâ « 138 Ils passèrent auprès d'un peuple attaché à ses idoles et dirent: « Ô Moïse, désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux. » Il dit: "Vous êtes certes des gens ignorants. 139 Le culte, auquel ceux-là s'adonnent, est caduc; et tout ce qu'ils font est nul et sans valeur. » 140 Il dit: « Chercherai-je pour vous une autre divinité qu'Allah, alors que c'est Lui qui vous a préférés à toutes les créatures? » (sourate 7)
 
Ceci nous indique que lorsque l’homme veut faire du polythéisme par ignorance et qu’ensuite on le blâme et le réprime et qu’il ne le commet pas, alors il ne tombe pas dans le polythéisme. Ce pourquoi le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- les réprima et les mit en garde, afin qu’ils ne tombent pas dans le polythéisme.
 

Publié dans Livres et Traités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article