Charh Qawaed Arbea

Publié le par Rajihi

La première règle : c’est que tu saches que les mécréants que combattit le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- reconnaissaient qu’Allah ta‘âlâ est Le Créateur et Le Commandeur, et que la reconnaissance de cela ne les fit pas entrer dans islam. Ceci est indiqué par la parole d’Allah : « Dis: «Qui vous attribue de la nourriture du ciel et de la terre? Qui détient l’ouïe et la vue, et qui fait sortir le vivant du mort et fait sortir le mort du vivant, et qui administre tout?» Ils diront: «Allah». Dis alors: «Ne Le craignez-vous donc pas?» (sourate 10 verset 31)[1]



[1] Ceci est la première règle qui distingue l’idolâtre du monothéiste : que tu saches et que tu sois certain que les mécréants de l’époque du prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam-, les mécréants de la Meque, les mécréant de Qouraych, les mécréants arabes que combattit le prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam- et de qui il désacralisa le sang et les biens, reconnaissaient l’unicité d’Allah dans la seigneurie, et que cette reconnaissance ne les fit pas entrer dans l’islam. Ils reconnaissaient qu’Allah était Le Créateur, Le Pourvoyeur, Le Gérant de l’univers, Celui qui donne la vie et Celui qui donne la mort, Le Bienfaisant, Celui qui nuit, Celui qui cause les causes, et que toutes choses est entre Ses mains.
 
Malgré cela, cette reconnaissance de l’unicité d’Allah dans la seigneurie ne les fit pas entrer dans l’islam et ne les sortit pas de l’idolâtrie. Au contraire, le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- les combattit malgré cela, et désacralisa leurs biens et leur sang, et captura leurs familles, et leurs biens, alors qu’ils reconnaissaient cette unicité. Pourquoi ? Parce qu’ils associaient dans l’unicité de l’adoration et de la divinité. Il ne suffit pas de reconnaître l’unicité de la seigneurie seule, mais il faut impérativement l’unire à l’unicité dans l’adoration.
 
L’auteur cita la preuve que les mécréants reconnaissent l’unicité de la seigneurie, qui est la parole d’Allah ta‘âlâ dans la sourate « Younous » : « Dis: «Qui vous attribue de la nourriture du ciel et de la terre? » Dis, ô Mouhammad, aux mécréants idolâtres : «Qui vous attribue de la nourriture du ciel et de la terre? » Qui est Celui qui donne subsistance ? « Qui détient l’ouïe et la vue » Qui est Celui qui détient l’ouïe et la vue ? « et qui fait sortir le vivant du mort et fait sortir le mort du vivant » Qui est Celui qui sort le mort du vivant ? « et qui administre tout?» Que diront-ils ? « Ils diront: «C’est Allah… » Ils reconnaissent donc cela, et l’auteur s’est limité à citer ce verset mais il y en a beaucoup d’autres, comme par exemple la parole d’Allah : « 84 Dis: « A qui appartient la terre et ceux qui y sont, si vous savez ? » 85 Ils diront: « A Allah. » Dis: « Ne vous souvenez-vous donc pas? » 86 Dis: « Qui est le Seigneur des sept cieux et le Seigneur du Trône sublime? »87 Ils diront: (ils appartiennent) « A Allah ». Dis: « Ne craignez-vous donc pas? » 88 Dis: « Qui détient dans sa main la royauté absolue de toute chose, et qui protège et n'a pas besoin d'être protégé? (Dites), si vous le savez! »89 Ils diront: « Allah. » Dis: « Comment donc se fait-il que vous soyez ensorcelés? » (sourate 23)
 
Et Allah soubhânah a dit : « Et si tu leur demandes qui les a créés, ils diront très certainement: « Allah ». » (sourate 43 verset 87) Et Allah soubhânah a dit « Et si tu leur demandes: « Qui a créé les cieux et la terre, et assujetti le soleil et la lune? » Ils diront très certainement: « C’est Allah ». » (sourate 29 verset 61)
 
Ils reconnaissent donc l’unicité d’Allah dans la seigneurie, mais malgré ça cette reconnaissance leur est inutile, pourquoi ? Parce qu’ils associent dans l’unicité de l’adoration et de la divinité. Les deux unicités sont impératives, l’unicité de la seigneurie et l’unicité de l’adoration et de la divinité. Celui qui ne reconnaît qu’une des deux sans l’autre n’est pas monothéiste, il est impératif d’unifier Allah dans la seigneurie et l’adoration.
 

Publié dans Livres et Traités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article