Charh Qawaed Arbea

Publié le par Rajihi

Et quand tu sauras que lorsque le polythéisme se mêle à l’adoration, il la corrompt et annule toute les actions, et rend celui qui le commet parmi les éternellement damnés à l’enfer, tu sauras dès lors que la chose la plus importante pour toi c’est de connaître cette chose, afin qu’Allah te sauve de ce piège qu’est l’association à Allah, au sujet duquel Il dit : « Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne des associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. » (sourate 4 verset 116) Et ceci se fera par la connaissance de quatre règles[1] qu’Allah a énoncé dans Son livre [2]:



[1] Effectivement, lorsque tu sauras que lorsque le polythéisme se mêle à l’adoration, il l’annule et fait de son auteur un éternellement damné à l’enfer, fait de son auteur un idolâtre, parmi ceux qui sont éternellement damnés à l’enfer, une foi que tu sauras cela, la plus importante chose que tu auras à savoir sera de discerner la connaissance du monothéisme et le polythéisme, afin qu’Allah te sauve de ce piège dans lequel le vrai est mélangé au faux, le monothéisme au polythéisme. Il faut absolument que tu discerne le monothéisme du polythéisme, l’adoration de ce qui ne l’est pas, l’adoration correcte de l’adoration corrompue, afin qu’Allah te sauve et te préserve du polythéisme.
 
Ceci était l’introduction avant de commencer les quatre règles, une importante introduction de l’auteur –qu’Allah lui fasse miséricorde- après quoi il énonça les quatre règles qui distinguent l’idolâtre du croyant, le monothéiste du mécréant. Lorsque tu connaîtras cela tu sauras que la plus importante chose que tu te dois de différencier c’est le monothéisme du polythéisme, afin qu’Allah te préserve de ce piège qu’est le polythéisme, et cela se fera par la connaissance de quatre règles qui différencie le mécréant du croyant, le monothéiste de l’idolâtre, quatre règles.
 
[2] L’auteur veut dire : ces quatre règles, je ne les ai pas sorties de ma poche ni de moi-même, non ! Je les ai prises du Coran, je ne les ai pas sorties de moi-même ni d’untel ou d’untel, je les ai prises du livre d’Allah.
 

Publié dans Livres et Traités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article