Charh Qawaed Arbea

Publié le par Rajihi

Lorsque tu sauras qu’Allah t’a créé pour Son adoration, sache alors que l’adoration ne porte ce nom que si elle est monothéiste, tout comme la prière ne porte ce nom que si elle est pratiquée en état de pureté. En effet, lorsque le polythéisme se mélange à l’adoration, il la corrompt tout comme l’impureté corrompt la pureté, comme le dit Allah ta‘âlâ : « Il n'appartient pas aux idolâtres de peupler les mosquées d'Allah, vu qu'ils témoignent contre eux-mêmes de leur mécréance. Voilà ceux dont les œuvres sont vaines; et qui dans le Feu demeureront éternellement. ».[1]



[1] L’auteur –qu’Allah lui fasse miséricorde- dit : « Lorsque tu sauras qu’Allah t’a créé pour Son adoration… » Tout être humain sait qu’Allah l’a créé pour Son adoration, Allah ta‘âlâ a dit : « Et Je n’ai créé les démons et les hommes que pour qu’ils M’adorent. » Alors sache et ais certitude que l’adoration ne porte ce nom que si elle est monothéiste, et le monothéisme est la pureté, et la pureté est la religion d’Allah. La signification de la pureté est que tu désavoue l’adoration de tout ce qui est autre qu’Allah, ce qui consiste en la mécréance au tâghoût, la pureté est la mécréance envers le tâghoût. L’adoration ne se nomme adoration que si elle est pure, c’est à dire uniquement si elle est pratiquée avec la mécréance au tâghoût.
 
Le tâghoût est tout ce qui est adoré en dehors d’Allah. Et la signification de la mécréance au tâghoût c’est de le désavouer, de désavouer tout ce qui est adoré en dehors d’Allah, le désavouer, le nier le blâmer le haïr et le prendre pour ennemi, et prendre ses adeptes pour ennemis, c’est ça la mécréance au tâghoût. La mécréance au tâghoût : tout ce qui est adoré en dehors d’Allah est un tâghoût, et mécroire en lui signifie le blâmer et le nier, le désavouer, le haïr, le prendre pour ennemi et prendre ses adeptes pour ennemis.
 
Donc, l’adoration ne s’appelle adoration que si elle est monothéiste. Car lorsque l’homme prie, est-il monothéiste ? Il n’est pas monothéiste à moins qu’il ne purifie l’adoration : il prie et ne prie pas pour autre qu’Allah, dans le sens où il blâme, nie et désavoue tout ce qui est adoré en dehors d’Allah, ceci est impératif.
 
Par contre, si l’homme prie uniquement, il se peut qu’il prie Allah et qu’il prie un autre, il prie une foi pour Allah et une foi pour un autre comme le font les idolâtres, ils adorent Allah et adorent un autre. À l’époque du prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- dans la période préislamique, les idolâtres faisaient le pèlerinage, priaient et jeûnaient, mais ils associaient : ils adoraient Allah et adoraient autre que Lui. Ce pour quoi les idolâtres dirent au prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- « Adores nos divinités une année, et nous adorons ta divinité une année. » Allah révéla alors cette sourate : « 1 Dis : Ô vous les mécréants,2 je n’adore pas ce que vous adorez.3 Vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore,4 et je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez 5et vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore,6 à vous votre religion, et à moi ma religion. » (Sourate 109) afin que cesse leurs faux espoirs, les espoirs des idolâtres. Il n’est pas possible que nous soyons en accord avec vous et il n’est pas possible que vous soyez en accord avec nous tant que vous serez polythéistes.
 
Donc, l’adoration ne se nomme adoration que si elle est pratiquée avec monothéisme, et le monothéisme est la pureté du culte pour Allah et le désaveu de tout adoré autre qu’Allah. Tout comme la prière ne se nomme prière que si elle est pratiquée en état de pureté. Si un homme priait sans s’être purifié, est-ce qu’on appellera ça une prière ? Cela ne s’appelle pas une prière. Alors de même que lorsqu’une impureté entre dans la prière, celle ci s’invalide, et bien lorsque le polythéisme se mêle à l’adoration celle ci s’invalide. Lorsqu’une impureté se mêle à la pureté, par exemple un homme en état de pureté qui a fait son ablution urine ou va à selle, ou qu’un vent sort de lui, ou se trouve sa pureté ? Elle s’est invalidée et à cessée, sa prière ne sera pas acceptée.
 
Il en est de même pour le monothéisme, l’homme pratique le monothéisme, adore Allah, prie et jeûne, mais il lui arrive d’associer en disant « Ô messager d’Allah intercède pour moi ! » Ou bien «  Au secours ô Badaouî ! Au secours ô ‘Abdel Qâdir ! » Ou bien en sacrifiant un animal pour Badaouî ou pour le messager, ou pour la lune ou pour une étoile, ou bien fait le tawâf autour d’autre que la maison d’Allah (la ka‘ba) pour se rapprocher de cet autre, ou prie ou s’incline pour un autre qu’Allah, qu’en sera t’il ? Son monothéisme sera annulé, le polythéisme est entré et le monothéisme s’est invalidé, il est devenu idolâtre, il est passé de son état de monothéiste à l’état d’idolâtre. Car lorsque le polythéisme se mêle à l’adoration, il l’invalide. De même, lorsque l’homme se purifie et prie, sa prière sera correcte. Mais s’il devient impur après qu’il se soit purifié, en urinant ou en allant à selle ou en faisant un vent, sa pureté s’invalide et sa prière est incorrecte.
 
Il en est de même pour l’adoration, lorsqu’un homme adore son Seigneur mais qu’ensuite il associe, l’adoration s’annule et sera invalide, et il deviendra alors un polythéiste adorateur d’idoles –nous demandons à Allah la sécurité et la sérénité- comme Allah le dit : « Il n'appartient pas aux idolâtres de peupler les mosquées d'Allah, vu qu'ils témoignent contre eux-mêmes de leur mécréance.» Vu qu'ils témoignent contre eux-mêmes de leur mécréance : leurs actes témoignent contre eux-même « Voilà ceux dont les œuvres sont vaines; et qui dans le Feu demeureront éternellement. » Les idolâtres ne sont pas ceux qui peuplent les mosquées, même s’ils les peuplent matériellement ou les construisent, ce que l’on veut dire la population morale : la population monothéiste et obéissante, les idolâtres ne sont pas ceux qui peuplent les mosquées : « Il n'appartient pas aux idolâtres de peupler les mosquées d'Allah, vu qu'ils témoignent contre eux-mêmes de leur mécréance. Voilà ceux dont les œuvres sont vaines; et qui dans le Feu demeureront éternellement. »
 

Publié dans Livres et Traités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article