Et il n’y a aucune différence concernant ces annulations de l’islam

Publié le par 'Abdel'Azîz Ar-Râjihî

Et il n’y a aucune différence concernant ces annulations de l’islam, entre celui qui les commet  pour plaisanter, sérieusement, ou par peur, seul celui qui y est contraint est excusé. Chacune de ces annulations fait partie des choses les plus dangereuses, et les plus commises. Il faut donc que le musulman y prenne garde et qu’il en ait peur pour lui-même. Nous cherchons protection auprès d’Allah contre les causes de Sa colère et la douleur de Son châtiment.[1]


[1] L’auteur, qu’Allah lui fasse miséricorde, dit : il n’y a aucune différence pour ces annulations de l’islam entre celui qui le commet pour plaisanter, sérieusement ou par peur, seul celui qui y est contraint est excusé. Et chacune de ces annulations de l’islam fait partie des choses les plus gravement dangereuses, et il est très fréquent que les gens les commettent. Il faut donc que l’homme prenne garde à ces blasphèmes, car beaucoup de gens tombent dedans, et parce que le danger est énorme, -qu’Allah nous protège- et que cela cause Sa colère et la douleur de Son châtiment.
 
Et ces annulations de l’islam, comme le dit l’auteur, il n’y a aucune différence entre celui qui les commet en plaisantant, sérieusement ou par peur, seul celui qui y est contraint est excusé. Nous avons donc plusieurs cas :
 
- Premièrement : celui qui commet une annulation de l’islam pour plaisanter, comme par exemple : Un individu se moque de la prière, se moque de la religion, il plaisante et rit, devient-il mécréant ou non? La réponse est : oui, il devient mécréant.
 
 
- Un individu sérieux, il se moque de la religion de façon convaincue et assurée, il devient mécréant, qu’il se moque ou qu’il soit sérieux.
 
- Un autre individu, qui commet une annulation de l’islam par peur pour lui ou pour son argent ou pour son enfant, il devient mécréant, même si c’était par peur, il a commit un blasphème ; il a insulté l’islam, il insulte la religion de l’islam pour quelqu’un afin de garder son argent et qu’on ne le prenne pas, parce qu’il a peur que, s’il n’insulte pas l’islam, son argent lui soit prit ; il a peur pour son argent ou pour lui-même ou pour son enfant, devient-il mécréant ou pas ? Oui, il devient mécréant.
 
De ce fait, celui qui commet une annulation pour plaisanter devient mécréant, sérieusement il devient mécréant, par peur il devient mécréant. Seul celui qui y est contraint est excusé, s’il le commet par contrainte à condition que dans son cœur, il reste serein sur la foi. Dans ce cas il ne devient pas mécréant.
 
Mais si, lorsque l’on place le sabre sur sa nuque il est convaincu de la mécréance –qu’Allah nous protège- qu’il prononce la mécréance et que son cœur est serein sur la mécréance, alors là il devient mécréant -qu’Allah nous protège-.
 
Il y a donc cinq cas, dans quatre de ces cas l’individu devient mécréant, et dans le cinquième il ne devient pas mécréant :
 
Le premier cas : Il commet la mécréance, ou une annulation de l’islam, en plaisantant, pour blaguer, il devient mécréant.
 
Le deuxième cas : Il commet la mécréance ou une annulation de l’islam sérieusement, il devient mécréant.
 
Le troisième cas : Il commet la mécréance par peur, il devient mécréant.
 
Le quatrième cas : Il commet la mécréance par contrainte mais son cœur est serein sur la mécréance, au moment ou il est contraint, il devient convaincu de la mécréance, alors il devient mécréant.
 
Le cinquième cas : Il commet la mécréance par contrainte, et son cœur reste serein sur la foi, alors il ne devient pas mécréant.
 
Il y a donc cinq cas, l’individu devient mécréant dans quatre, et dans le cinquième cas il ne devient pas mécréant. Quelle est la preuve de cela ? Il y a certaines personnes qui disent : « Il a peur pour lui ou pour sa famille ou pour son argent, il a dit des paroles blasphématrices afin de ne pas perdre son argent. »
 
Nous répondons : « Ceci est mécréance, Allah a dit « Quiconque a renié Allah après avoir cru... - sauf celui qui y a été contraint alors que son cœur demeure plein de la sérénité de la foi - » Le Seigneur –soubhânahou wa ta‘âlâ- a donc fait exception dans un seul cas : celui qui est contraint, à condition que son cœur soit plein de la sérénité de la foi, « sauf celui qui y a été contraint alors que son cœur demeure plein de la sérénité de la foi », ensuite Allah dit « mais ceux qui ouvrent délibérément leur cœur à la mécréance ceux-là ont sur eux une colère d'Allah et ils ont un châtiment terrible. Ceci à cause qu’ils ont préféré la vie d’ici bas à l’au-delà et qu’Allah ne guide pas les gens mécréants » (sourate 16 versets 107-108).
 
Celui qui commet la mécréance par peur pour les siens, ou pour son argent, ou pour lui-même, il devient mécréant, il n’est pas excusé par la peur, d’après la parole d’Allah « Ceci à cause qu’ils ont préféré la vie d’ici bas à l’au-delà et qu’Allah ne guide pas les gens mécréants ».
 
Et également lorsqu’il commet de la mécréance en plaisantant, sérieusement ou sous contrainte mais avec le cœur plein de sérénité de la mécréance, aucune exception n’est faite si ce n’est pour celui qui est contraint alors que sont cœur est serein sur la foi.
 
Et la signification de la contrainte, c’est le cas de celui qui est sous la menace, contraint du fait qu’on lui met un sabre sur la nuque, et que celui qui menace est une personne capable de faire cela, et qu’il va mettre sa menace à exécution, dans ce cas alors il est considéré comme quelqu’un de contraint.
 
Si son cœur reste plein de sérénité de la foi, alors le fait qu’il dise des paroles blasphématrices ou qu’il fasse de la mécréance ne le nuit pas. Quant au sujet de la peur, c’est à dire uniquement la peur, alors il ne lui est pas permit de blasphémer, la peur pour sois-même ou pour les siens ou pour l’argent, alors il devient mécréant.
 
ونسأل الله السلامة والعافية، ونعوذ بالله من الشرك والكفر، والنفاق والشقاق، وسوء الأخلاق، نسأله -سبحانه وتعالى- أن يتوفانا على الإسلام، نسأله -سبحانه وتعالى- أن يثبتنا على دينه، وأن يعيذنا من مضلات الفتن، غير مغيِّرين ولا مبدلين، إنه ولي ذلك والقادر عليه، وصلى الله وسلم على عبد الله ورسوله نبينا محمد وعلى آله وأصحابه والتابعين
 
 
Pour les arabophones : le Cheykh ‘Abdel’Aziz Ar-Râjihi est joignable au n° de téléphone suivant :
00966/ 509 24 24 25 Les Samedis, Mardis, Mercredis, après la prière d’al Maghreb (heure Saoudienne).
 
Et également l’adresse Internet du site du Cheykh : www.sh-rajhi.com, et il est possible d’envoyer des E.MAIL (en arabe uniquement) à l’adresse suivante : sh_rajihi@hotmail.com pour poser vos questions religieuses.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article